Chroniques Littéraires

Virginia – Emmanuelle FAVIER

Virginia – Emmanuelle FAVIER

 Avis : ★★★★

« Il est des livres qui vous étonnent, vous fascinent, vous emportent. Il est des livres singuliers, entre rêve et réalité, entre musique et poésie, entre passé et présent, nature et urbanité. » Voici ce que j’écrivais en introduction de ma chronique relative au premier roman d’Emmanuelle Favier « Le courage qu’il faut aux rivières ». Je pourrais presque la réutiliser pour son deuxième ouvrage « Virginia », avec quelques nuances.

Mon plaisir de lecture fut le même.

Mon admiration pour l’écriture riche, travaillée à l’extrême, recherchée, pour le vocabulaire flamboyant, pour l’histoire racontée tout simplement, fut de la même façon au rendez-vous.

J’ai aimé le parti pris de l’auteure de nous associer, nous ses lectrices et lecteurs au récit, de nous montrer cette auteure en devenir à l’aune de nos connaissances actuelles. Quel récit ! Celui de la vie d’une grande femme de lettres anglaise – à tous les sens du terme – une femme née au sein d’une fratrie recomposée et artiste.  Elle est la fille de Leslie Stephen veuf de Minny, décédée brutalement une nuit, et de Julia, veuve de Herbert Duckworth. En effet, et là est la grande originalité du roman, l’auteure a choisi de nous parler de sa vie d’avant, avant qu’elle ne soit la romancière que nous connaissons : Virginia Woolf.

Elle nous raconte sa naissance :

« Mais dès les premiers jours de 1882, Julia ayant près de trente-six ans et Leslie venant de toucher aux quarante-neuf, Adeline Virginia Alexandra fait son entrée… Vu d’ici, la naissance se dérobe… Si la vieille tante géniale et despotique n’avait trépassé… sans doute aurait-elle obligé le réticent nourrisson à prendre la pose. Mais elle n’est plus là… »

Elle nous dit son éducation de petite fille puis d’adolescente à l’époque victorienne. Elle nous dresse le portrait d’une Virginia que, personnellement je ne connaissais pas. Elle nous montre son cheminement jusqu’à la publication de ses premières lignes, qui correspondent à… la mort de son père. Un texte qui a valeur universelle s’agissant de la construction de soi au milieu des autres, de l’importance de l’inné, certes, mais aussi de l’acquis.

Magnifique étude, écriture sublime, lecture passionnante. De mon point de vue « Virginia » est un grand roman.

Editeur : Albin Michel
Date de Parution : 21 Août 2019
Nombre de pages : 304

Ce livre a été lu en avant-première grâce au magazine « Page des libraires » et aux Editions Albin Michel que je remercie chaleureusement.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.