Une fille de passage – Cécile BALAVOINE

Une fille de passage – Cécile BALAVOINE

Avis : Coup de foudre

« Maestro », son premier roman, fut plus qu’un coup de foudre, une histoire d’amour au long cours et qui dure toujours. Alors, forcément, j’attendais le deuxième avec un mélange d’impatience et de crainte. C’est toujours comme ça, un deuxième. Mais la crainte a disparu dès les premiers mots et l’impatience a fait place au bonheur. Cécile Balavoine vient de signer un nouvel ouvrage absolument magnifique : « Une fille de passage ».

Cécile est étudiante à New-York à la fin des années quatre-vingt-dix. Elle suit les cours de Serge Doubrovsky, écrivain célèbre, pape de l’autofiction, et devient une intime du professeur. Comment trouver les mots justes, les mots forts pour dire mon ressenti ?  Comment restituer la gorge serrée, le sourire, l’espoir, la crainte, la joie ? L’auteure a ce talent particulier de parler d’amour. Car il est bien question d’amour à nouveau dans ce récit, un amour aussi profond que particulier, un amour qui se construit au fil des jours, mais un amour chaste, une sorte d’amitié amoureuse, entre cette jeune étudiante et cet homme déjà âgé qui pourrait être son grand-père. Au fil des jours, ils se racontent, se confient, se découvrent, se rapprochent.

L’émotion est là, toujours latente, en tapinois, prête à me cueillir à chaque instant.

Lire un roman de cette auteure, c’est s’emmitoufler dans un tissage de mots doux sans être sirupeux, chauds sans être étouffants, raffinés mais sans ostentation. Son écriture est, en effet, d’une grande finesse, simple, précise, lumineuse et magnifiquement ciselée. L’utilisation de l’imparfait apporte une petite touche désuète

« C’était la première fois qu’il m’invitait. J’avais sonné, les bras chargés de soleils. Sa voix s’était aussitôt fait entendre. Il me priait d’entrer ».

Le rappel de son précédent roman sert de passerelle entre Cécile et son professeur.

« Je m’étais mise à lui parler de ma vie de musicienne manquée, de mon année à l’université de Salzbourg, de mon besoin de connaître l’allemand comme pour me rapprocher de la musique qui m’échappait… »

Les personnages sont tous attachants, dotés de personnalités riches, vibrantes, voire incandescentes.

Et, à l’heure où un geste tendre peut se révéler déplacé, où les relations entre un homme et une femme peuvent être entachées de suspicion, le roman de Cécile Balavoine est un véritable baume. Empli d’humanité, de tendresse, de respect, de confiance en l’autre, il nous dit qu’en amour tout est possible, en dépit de l’âge, de la position sociale, en dépit de tout…« une forme indéfinie d’amour. »

« Chair Serge » aurait été tellement fier de son élève.

Un bon point supplémentaire pour le joli bandeau entre ombres et lumière.

Editeur : Mercure de France
Date de Parution : 5 Mars 2020
Nombre de pages : 240

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !