Tamanoir – Jean-Luc André d’ASCIANO

Tamanoir – Jean-Luc André d’ASCIANO

Avis : ★★★★

 

Autant l’avouer tout de suite, je suis actuellement dans un cycle de lectures à des années-lumière de mes habitudes. Après un roman policier argentin et un ouvrage historico-fantastique chilien, je viens de refermer le polar déjanté, drolatique, fantastique aussi, de Jean-Luc André d’Asciano « Tamanoir ».

Je ne vais pas vous dire que ce fut un coup de cœur, mais j’ai été bluffée par une écriture censée ne pas me convenir et qui pourtant a fait mouche. Les quelques premières lignes ont pourtant une facture des plus classiques : 

« Les chapelles se dressent les unes contre les autres, incongru charivari de pierre suggérant qu’ici fut une ville aux proportions perverties… »,

nous sommes au cimetière du Père Lachaise. Et puis tout change : trois meurtres ou plutôt deux puisque l’une des victimes se relève et s’enfuit accompagnée de son chat. Bizarre, vous avez dit, bizarre ? Et ce n’est pas fini. Lorsque Nathanaël, alias Tamanoir, détective privé d’un drôle de genre apprend cette nouvelle dans le journal, il décide de fouiller…

Du coup, tout s’accélère : le nombre de personnages, de toutes nationalités, tous aussi étonnants les uns que les autres, les situations abracadabrantesques, les coups de feu. Mais, ce n’est pas tant l’enquête, menée à sa façon par un Tamanoir aux idées spéciales :

« La probabilité de trouver un indice oublié par un condé est minime. Là n’est pas le propos. Le Tamanoir flaire le vent, écoute le chant de la terre qui, toujours, quand elle boit le sang des hommes, crie le nom de l’assassin. »

qui m’a intéressée, que l’écriture, je l’ai déjà dit, absolument délirante. Elle fait de ce roman un ouvrage drôle à plus d’un titre. Drôle parce que étonnant tant chaque situation est inattendue, mais drôle aussi au sens de comique tant le talent de l’auteur est grand pour utiliser des formules à l’emporte-pièce des plus hilarantes.

Je l’ai dit, je ne suis pas férue de ce genre de littérature et pourtant j’y ai pris du plaisir. C’est vous dire si les amateurs de polars à la « San Antonio » ou encore amoureux du « Poulpe » – l’auteur en parle dans ses remerciements – apprécieront. Ce personnage de Tamanoir pourrait devenir récurrent, je le verrai même tout à fait à sa place au cinéma ou dans une série télévisée.

Un récit surprenant mais désopilant.

Editeur : Aux Forges de Vulcain
Date de Parution : 13 Mars 2020
Nombre de pages : 240

Je remercie infiniment les Editions aux Forges de Vulcain pour cette lecture en avant-première.

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !