Chroniques Littéraires

Sujet Inconnu – Loulou ROBERT

Sujet Inconnu – Loulou ROBERT

Avis : Coup de foudre

Waouh !

C’est à peu près le seul mot qui m’est venu à l’esprit à la fin de la page 248, autrement dit la dernière, du troisième roman de Loulou Robert, “Sujet inconnu”. C’est un peut court, Madame, aurait clamé Cyrano. Oui, je sais, on pourrait dire, Oh ! Dieu ! bien des choses en somme…

Certes, mais là, je l’avoue, je sors de cette lecture la gorge serrée, le cœur battant, comme essorée et coite.

Loulou, je l’ai connue à la sortie de son premier roman “Bianca”. Pour des raisons personnelles, sa lecture m’avait été difficile, pesante, douloureuse. Le suivant, “Hope”, commencé dans la librairie, poursuivi sur les escalators du centre commercial, puis dans le tram et terminé à la maison, m’avait en revanche complètement séduite par son écriture intense, vive, pertinente. Cette fois, c’est encore plus fort, plus mordant, plus claquant.

L’auteure nous raconte, à la première personne, une histoire d’amour folle, passionnée mais aussi – surtout ? – douloureuse, nocive, toxique. Je n’ai pas eu à subir ce genre de situation mais à la connaître par amie interposée. Et les mots choisis, répétés, empilés, le rythme toujours plus rapide, traduisent parfaitement le désir, la peur, l’amour, rester, partir, vivre, survivre et surtout ne pas mourir. Et pourtant la mort rôde autour de cette jeune fille sans nom, celle de sa mère, dite avec désespoir et pudeur. Loulou Robert exprime à merveille tous ces sentiments qui se chevauchent, se tressent, s’emmêlent : rester enfant, devenir adulte, obéir, vivre sa vie, changer de route, aimer.

Puis la narratrice va écrire, écrire, écrire. Et “… la passion prend une autre forme. Elle n’a pas ton visage.” Ecrire va lui permettre de continuer, d’avancer. La romancière est prise dans l’engrenage de ses propos. Je l’imagine, les doigts courant sur les touches au rythme des pulsions de son cœur, bondissant, sautant. Au passage elle m’a happée, m’entraînant dans son sillage, me laissant à bout de souffle. Elle m’a emportée au fil de ses espoirs, ses craintes, ses renoncements, ses décisions sans que je sache trop s’il s’agissait de l’auteur ou de son personnage.

Alors, oui, on pourrait qualifier le propos de violent, gênant, je l’ai personnellement trouvé très fort. J’ai admiré le talent de l’auteure, capable de me tenir en haleine du début à la fin, à coup d’onomatopées, de termes juxtaposés, de phrases sèches, courtes, de bruits de combat, celui de la vie. J’ai aimé cette écriture hachée, loin des normes académiques, que pourtant j’affectionne, mais tellement appropriée au sujet traité, fût-il inconnu. De la première à la dernière page, non seulement la cadence est soutenue, mais elle monte en puissance jusqu’à la chute, celle du livre.

Comment dire ?

J’ai tout simplement beaucoup, beaucoup, aimé ce roman et même plus que ça.

Editeur : Julliard
Date de Parution : 16 Août 2018
Nombre de pages : 252

 

Autres ouvrages de l’auteure parus également chez Julliard

 

                                                                                                                                             

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Praesent adipiscing ut nec odio mi, Donec et, quis, vel, non