Chroniques Littéraires

Sans lui – Catherine ROLLAND

Sans lui – Catherine ROLLAND

Avis : ★★★★

C’est grâce à Benjamin T., personnage singulier de son dernier roman, que j’ai rencontré Catherine Rolland. Il m’avait émue, touchée, bouleversée. Je viens de terminer l’un de ses ouvrages précédents “Sans lui” et je suis dans le même état.

Il est très difficile d’écrire sur un tel récit sans dévoiler l’important.

La quatrième de couverture dont j’ai pris connaissance à l’issue de ma lecture, comme d’habitude, est extrêmement bien faite qui donne le ton sans dévoiler l’essentiel. “Sans lui” est en effet l’histoire de deux frères jumeaux Lénaïc et Ethan Sostein, ravagés plus jeunes par l’incendie de leur maison dans lequel sont morts leurs parents. Depuis, Lénaïc vit replié sur lui-même dans leur village du Vercors. Seul Ethan peut le comprendre et surtout l’emmitoufler et le rassurer. En un mot, Lénaïc ne peut vivre sans son frère.

Catherine Rolland possède un talent fou pour dire les tourments de l’âme et du corps.

Peut-être parce qu’elle est médecin, elle dissèque avec brio et empathie les blessures, les sentiments exacerbés, les fragilités qui donnent aux personnages une consistance hors normes. Et si elle attribue le rôle principal aux deux frères, elle ne laisse pas pour autant ceux qui les côtoient jouer les utilités. Olivier, le prêtre qui veille sur eux, Flore leur amie ou encore Madeleine – dont je préfère taire toute information – ont leur importance dans le récit.

J’ai trouvé le roman parfaitement construit qui ménage constamment les effets. J’ai aimé l’écriture d’une grande simplicité, fluide, agréable qui pourtant  fait grandir le mystère à chaque page, rend le suspens de plus en plus intenable. J’ai avancé dans ma lecture, presque essoufflée, au rythme du texte. Heureusement, la description des paysages du Vercors “La frondaison était épaisse, la forêt essentiellement constituée de conifères et de persistants… Le lac était en vue. A main gauche, au bout d’une pente douce, eaux grises et calmes qu’aucune onde ne troublait.” apporte régulièrement une touche de poésie qui permet de se ressaisir.

Le roman est très réussi et la fin, inattendue, permet de redonner espoir. Rien n’est jamais perdu.

Editeur : Mon village
Date de parution : 31 Octobre 2016
Nombre de pages : 184

 

Catherine ROLLAND sera à ANNECY-LE-VIEUX (La java des flacons, 49 rue du petit Port) le jeudi 20 Septembre 2018 pour échanger avec les lecteurs sur “Le cas singulier de Benjamin T.” Elle est invitée par l’association “Histoire d’en parler”.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


diam vulputate, elementum Praesent venenatis in risus. non sem, Nullam