Chroniques Littéraires

Romans

Wild – Cheryl STRAYED

Wild – Cheryl STRAYED

Avis : ★★★★★ Terminer « Wild » de Cheryl Strayed, c’est se retrouver fourbue mais heureuse au bout du chemin – et quel chemin – que l’on vient de parcourir à ses côtés. La littérature américaine n’est pourtant pas dans mes habitudes de lecture, mais la présentation du roman, assurée par Léa lors du petit-déjeuner littéraire organisé par la librairie « Fiers de Lettres » à Montpellier, fut tellement passionnée que je n’ai pu résister… et je n’ai pas eu à le regretter.

Chien-Loup – Serge JONCOUR

Chien-Loup – Serge JONCOUR

Avis : ★★★★★ Onze mois, onze mois après sa sortie, je viens de découvrir le dernier roman de Serge Joncour « Chien-Loup », grâce au cadeau d’une amie qui, cerise sur le gâteau, me l’a fait dédicacer par l’auteur, lauréat du Prix 2018 de la ville de Vannes. Somptueux cadeau !

Saltimbanques – François PIERETTI

Saltimbanques – François PIERETTI

Avis : ★★★★★ Clap de fin pour la première session 2019 des « 68 Premières fois ». Et, quel final ! Le premier roman de François Pieretti, « Saltimbanques », m’a transportée, émue aux larmes, remuée, troublée, enchantée. Je viens de tourner la dernière page et je ne sais pas comment vous dire, je ne sais trop par où commencer. Bref, je suis sans voix.

L’appel – Fanny WALLENDORF

L’appel – Fanny WALLENDORF

Avis : ★★★★ S’il n’avait pas été sélectionné par l’association « Les 68 Premières fois », il m’aurait de toute façon attirée sur l’étagère d’une librairie. Il avait tout pour me plaire : son titre, pour le moins mystérieux « L’appel », un appel vers qui ? vers quoi ? Sa couverture, un paysage à l’envers, étonnante et énigmatique. Et je l’ai adoré, ce premier roman de Fanny Wallendorf. Pourtant, le début fut difficile.

Battements de Coeur – Cécile PIVOT

Battements de Coeur – Cécile PIVOT

Avis : ★★★ L’amour, encore l’amour, toujours l’amour… voilà un thème cher aux romancier(ère)s. Cécile Pivot le reprend à son compte dans son premier roman « Battements de cœur ». C’est bien une histoire d’amour en effet qu’elle nous raconte, mais l’amour est-il toujours heureux et comment l’oublier ?

Maritima – Sigolène VINSON

Maritima – Sigolène VINSON

Avis : ★★★★★ Sigolène, un prénom peu commun. Sigolène Vinson, une auteure abordée pour la première fois à Nancy en Septembre 2017. J’avais été impressionnée par son regard franc ombré d’une pointe de tristesse, mais très vite illuminé par les rayons de son sourire. Elle m’avait dédicacé « Courir après les ombres », j’avais acheté « Le caillou » plus tard. Les deux romans attendent toujours sur mes étagères. Mais cette année, elle était à la Comédie du livre à Montpellier et je l’ai revue, j’ai retrouvé ses yeux et son sourire mais surtout… j’ai rencontré « Maritima », son dernier roman. Un comble pour qui a peur de l’eau… je m’y suis noyée avec délice.

Les mains de Louis Braille – Hélène JOUSSE

Les mains de Louis Braille – Hélène JOUSSE

Avis : ★★★ Braille, le braille, un nom propre devenu commun. Mais qui connait vraiment l’homme caché derrière cet alphabet inventé pour les personnes atteintes de cécité ? Qui sait la vie du petit garçon, Louis, à l’origine de ces points en relief, utiles pour lire avec les mains ? Pas moi, en tout cas, qui viens de faire vraiment sa connaissance à travers le premier roman d’Hélène Jousse « Les mains de Louis Braille ».

Matador Yankee – Jean-Baptiste MAUDET

Matador Yankee – Jean-Baptiste MAUDET

Avis : ★★★★★ Mardi 4 Juin se déroulait à Paris la remise du Prix Orange du Livre 2019. J’ai eu la chance d’y assister et plus encore de repartir accompagnée de « Matador Yankee », le premier roman de Jean-Baptiste Maudet, lauréat. J’avoue avoir beaucoup aimé ce récit.

Tête de tambour – Sol ELIAS

Tête de tambour – Sol ELIAS

Avis : ★★★★ Lorsque je rédige la chronique d’un livre que viens de terminer, j’emploie souvent les termes « J’aime » ou « Je n’aime pas ». Un roman, on l’aime pour certaines raisons, ou pas pour d’autres et même quelquefois les mêmes. Mais pour ce qui concerne « Tête de tambour », le premier de Sol Elias, je ne pourrai vraiment pas les utiliser.

Ivoire – Niels LABUZAN

Ivoire – Niels LABUZAN

Avis : ★★★ Allez savoir pourquoi, en lisant les quelques premières pages du nouveau roman – c’est son deuxième – de Niels Labuzan, « Ivoire », j’ai pensé que je n’irai pas au bout. Je m’étais trompée. Je l’avais commencé au mauvais moment et j’ai bien fait de le reprendre.

Ecorces vives – Alexandre LENOT

Ecorces vives – Alexandre LENOT

Avis : ★★★★ La couverture d’un livre revêt à mes yeux une certaine importance et plus encore le titre. « Ecorces vives », celui du premier roman d’Alexandre Lénot, ne déroge pas à la règle. Que se cache-t-il derrière ces écorces ? Des arbres ? Des bois ? Est-ce une image ? une métaphore ? Et pourquoi vives ? Ecorces vives, écorchés vifs ?

L’étincelle – Karine REYSSET

L’étincelle – Karine REYSSET

Avis : ★★★★ Karine Reysset, sa voix et son sourire m’avait charmée. Ses propos, tenus aux Escales de Binic lors de la table ronde au titre évocateur « Le poids du monde est amour », avaient fini de me convaincre de lire son dernier roman, « L’étincelle ». Une amie lectrice Vannetaise me l’a offert.

Suiza – Bénédicte BELPOIS

Suiza – Bénédicte BELPOIS

Avis : ★★★★★ Mes lectures se suivent et ne se ressemblent pas. Deux premiers romans… très différents. Je viens de refermer celui de Bénédicte Belpois, « Suiza » et je reste là, émue, sonnée, remuée, bouleversée.

A ceux qui se croisent – Pauline MAURENC

A ceux qui se croisent – Pauline MAURENC

Avis : ★★ La lecture du premier roman de Pauline Maurenc, « A ceux qui se croisent », m’a été proposée dans le cadre d’une Masse Critique Privilégiée de Babelio. Respectueuse des cadeaux que l’on m’offre, et désireuse de réaliser une chronique honnête, je suis allée au bout de ce roman de près de cinq cents pages. Je l’ai lu avec une grande attention et sans oublier la moindre ligne… mais, voilà…

Des hommes couleur de ciel – Anaïs LLOBET

Des hommes couleur de ciel – Anaïs LLOBET

Avis : ★★★★★ Le premier roman d’Anaïs Llobet, « Les mains lâchées », paru en 2016 m’avait enthousiasmée. Celui-ci, « Des hommes couleur de ciel », bien que totalement différent, m’a de la même façon emportée. L’écriture simple mais belle de l’auteur se transforme en un récit profond et bouleversant.