Chroniques Littéraires

Rien n’est noir – Claire BEREST

Rien n’est noir – Claire BEREST

Avis : Coup de foudre

Frida Khalo, je connaissais ce nom, mais je l’ai véritablement rencontrée dans une librairie de Montolieu, Village du Livre dans l’Aude, il y a maintenant un certain nombre d’années.

Je l’ai rencontrée sous la forme d’un recueil de cartes postales représentant ses œuvres que j’ai toutes adorées. C’est vous dire le plaisir que fut le mien en découvrant « Rien n’est noir », le roman de sa vie magnifiquement écrit par Claire Berest.

Pour moi ce roman est la perfection même.

Inutile de vous en raconter l’histoire, c’est tout simplement celle de l’artiste Frida Khalo et de son mari, Diégo Rivera éminent peintre mexicain. Il est parfait par sa construction en trois parties colorées de bleu, rouge et jaune, chaque chapitre décliné dans un camaïeu parfaitement choisi. Il est parfait par son écriture, élégante, travaillée, d’une rare beauté. Il est parfait par le rythme des phrases, soutenu, mélodique, dansant, virevoltant. Aucun temps mort ne permet à l’ennui de s’installer, bien au contraire. Il s’accélère au fur et à mesure de l’avancée du récit pour se terminer en apothéose, avec, en guise de majestueux bouquet final, quelques derniers chapitres qui laissent sans voix.

Il est encore parfait dans la description de l’amour fou qui anime les deux personnages, un amour hors norme, qui accepte tout. Frida souffre mais supporte les infidélités « Le problème c’est que Diego veut être aimé du monde entier et du siècle. », même lorsque sa sœur bien-aimée entre dans la danse… elle les a surpris et pourtant…elle comprend « Tu crois qu’elle aurait pu dire non merci ? Quand tu es choisie par Diego, tu as l’impression de respirer plus haut que les autres. » La vie de Frida est romanesque, rocambolesque, hors norme et l’auteure réussit encore à la sublimer par ses mots.

Il est toujours parfait dans l’adéquation entre les mots et les personnages. Déroutants parfois, hors du commun, charnels, enivrants comme les verres de téquila bus à l’envi, colorés comme les robes indiennes de Frida, étonnants comme le couple qu’elle forme avec Diego « …  ne passant jamais inaperçus, la poupée menue et le géant à tête de crapaud buffle… »

Ce livre est enfin parfait dans ses moindres détails de composition : les remerciements appuyés de l’auteur aux correcteurs qui ont réalisé, il est vrai, un travail irréprochable et la jaquette colorée, sensuelle, magique.   

Un roman magistral et même beaucoup plus que ça.

Editeur : Stock
Date de Parution : 21 Août 2019
Nombre de pages : 250

Ce livre a été lu en avant-première grâce au magazine « Page des libraires » et aux Editions Stock que je remercie chaleureusement.

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



11 thoughts on “Rien n’est noir – Claire BEREST”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.