Monsieur Anatole – Philippe ALESSANDRI

Monsieur Anatole – Philippe ALESSANDRI

 Avis : ★★★★

C’est la première de couverture qui m’a donné envie de découvrir ce roman : « Monsieur Anatole », de Philippe Alessandri. Cette silhouette de dandy, loden élégant, chemise blanche, nœud papillon rouge et chapeau incliné, ont attiré mon regard. Mais c’est dans celui de l’homme ainsi vêtu que j’aurais pu deviner la suite…

Monsieur Anatole, hormis son élégance, n’a rien que de très banal. Petit employé de banque, il vit seul dans son appartement, n’a pas d’amis, et se comporte parfois bizarrement. Le roman s’ouvre sur une dégustation de yaourt aux cerises, des taches…

« Des taches larges et empourprées… « 

qui ramènent le personnage quelques années en arrière….  

L’ouvrage a quelque chose d’étonnant, d’original et d’effrayant qui dès le départ m’a donné le frisson. En effet, derrière le côté « bien sous tous rapports », ce Monsieur Anatole présente des signes particuliers, des attitudes curieuses, des réflexions surprenantes. Il semble vouloir se venger d’une enfance malheureuse, faite de moqueries, de manque d’amour, de rejet. Mais raconter l’histoire serait la dénaturer. Il faut la lire attentivement, de bout en bout jusqu’à la dernière page, véritable illustration du sujet…  J’ai, pour ma part, parcouru  ce livre à toute allure et d’une seule traite. Le rythme est vif qui entraîne d’une page à l’autre. Le ton est addictif, l’écriture sèche qui traduit parfaitement la personnalité du narrateur, son manque d’empathie pour quiconque. La réflexion y est profonde et tout le long du récit, nous nous baladons entre réalité et illusion. C’est ce qu’un médecin explique à Monsieur Anatole, hospitalisé après un malaise :

« En fait, le problème, c’est que vous voyez des choses qui n’existent pas et, précision fondamentale, à l’inverse, vous ne voyez pas les choses qui, elles, existent réellement. »

Je regrette toutefois comme un essoufflement au bout d’une centaine de pages. Et les quelques trente dernières, particulièrement, me parurent longues, même si la toute fin – à ne surtout pas lire avant – m’a permis de comprendre qu’elles étaient nécessaires.  

Malgré cela, j’ai beaucoup aimé ce roman qui toucherait au surnaturel s’il n’était question d’une authentique pathologie. 

Editeur : La Trace
Date de Parution : 6 Février 2020
Nombre de pages : 203

Je remercie chaleureusement les Editions La Trace pour cette lecture.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !