Chroniques Littéraires

Les mains lâchées – Anaïs LLOBET

Les mains lâchées – Anaïs LLOBET

 

Avis : ★★★★★

Voilà ce que je disais, à sa sortie en, Août 2016, du premier roman d’ Anaïs LLOBET

 

Décidément les premiers romans de la rentrées 2016 se suivent et, s’ils ne se ressemblent pas, du moins ont-ils, pour ceux que j’ai eu le plaisir de lire, un point commun : la qualité. « Les mains lâchées » d’Anaïs LLOBET ne déroge pas à la règle. Sans compter qu’avant de l’ouvrir on a le loisir d’admirer une magnifique couverture, d’une grande élégance, joliment colorée, et dont on comprend la signification dès la lecture des premières pages.

Madel est journaliste, correspondante d’une chaîne de télévision aux Philippines, et se trouve chez son ami Jan, chirurgien esthétique quand est annoncé un typhon de force 3, puis 4, puis… Les vents, le bruit de l’eau, Madel, Jan, Lally, l’employée de la maison et Rodjun, un petit garçon voisin attendent l’arrivée de cet ouragan annoncé dans cette maison de « riche » aux murs réputés solides. Et puis…le fracas, la vague, le noir, le bruit et… les mains qui lâchent.

C’est surtout l’après que va nous raconter l’auteur.

Un après apocalyptique fait de morts, de blessés, de maisons détruites, pulvérisées, tombées, de gens hagards, de boue, de douleurs, de malheur, de blessures, de recherches, de pillages. Elle nous emmène à sa suite dans la ville de Tacloban dévastée par le tsunami – car c’est bien de cela dont il s’agit – et réussit à parler d’elle à travers les autres traduisant parfaitement son empathie, ses peurs, avec le recul de la journaliste qu’elle est. Car Madel et l’auteur ne font peut-être qu’une. Anaïs Llobet est, en effet, journaliste, je l’ai découvert après la lecture de son roman, et se trouvait sur les lieux de la catastrophe. J’ai beaucoup aimé son écriture à la fois poétique et puissante, simple et équilibrée. Equilibrée parce que s’y mêlent, à de brefs moments la rigueur d’un compte-rendu journalistique, la distance, le sang-froid et davantage encore la sensibilité de la femme touchée par ce qu’elle a vécu et les pertes dont elle a été témoin.

Elle nous permet d’assister au plus près au travail des sauveteurs, au regard perdu des rescapés qui errent à la recherche de proches disparus, à leurs états d’âme, elle leur donne la parole, des témoignages émouvants glissés çà et là entre les chapitres. Mais jamais elle ne tombe dans le pathos, jamais elle ne nous pousse au voyeurisme, jamais elle ne regarde ses personnages avec condescendance ou pitié.

Anaïs Llobet signe là un roman d’une grande force, somptueux, imagé, un hommage à tous les Philippins, un véritable ouvrage de mémoire.

Editeur : Plon
Date de Parution : 18 Août 2019
Nombre de pages : 160

Ce roman a été lu dans le cadre de l’association « Les 68 Premières fois » – Session rentrée 2016

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.