Chroniques Littéraires

Elles m’attendaient – Tom NOTI

Elles m’attendaient – Tom NOTI

 Avis : ★★★★

L’heure de la récréation a sonné.

J’abandonne pour un temps – court – mes lectures de rentrée et plonge dans « Elles m’attendaient », un roman joliment dédicacé à mon intention par son auteur Tom Noti. Il est ainsi des auteurs dont on entend moins parler, qui ne font pas « le buzz » selon l’expression actuellement consacrée. Pourtant, ils écrivent, ils racontent, ils mettent des mots sur des émotions, des morceaux de vie… et c’est d’une grande beauté.

Lorsque Halley et Max se rencontrent, l’amour s’invite rapidement. Ces deux-là semblent se comprendre au premier regard, « love at first sight », comme disent les anglais. Ils s’installent ensemble, mais tout semble se déliter lorsque Halley tombe enceinte. Ce bébé à venir est visiblement un déclencheur de souvenirs douloureux pour Max… je n’irai pas plus loin dans mes révélations.

Autant l’avouer tout de suite, une fois commencé j’ai eu du mal à lâcher ce récit choral. La simplicité de l’écriture n’a d’égale que la profondeur du propos. La grande qualité du romancier est de transformer le poids des chagrins, des difficultés de la vie, de la différence, en un hymne léger à l’amour « C’était aussi la mienne cette petite Rosie. Mais c’était bien plus qu’une chanson : c’était une symphonie avec des violons… Et quand son cœur grondait les tambours battaient la chamade dans la moindre veine de mon corps…. Tes pleurs me terrorisaient, Rosie, J’avais peur que, déjà, tu te rendes compte de tout ce que je n’étais pas. » C’est bien en effet une histoire d’AmourS que nous découvrons, oui avec un grand A et un grand S. De l’amour, qu’il soit charnel, filial, maternel ou paternel, il y en a à revendre dans cette histoire. Elle n’en est pas pour autant sirupeuse. L’écriture dont je vantais précédemment la simplicité y est pour quelque chose par sa beauté limpide, sa fluidité, le choix de mots qui percutent, les réflexions parfois drôles ou inattendues « Ça se voyait qu’elle avait perdu les eaux car ses yeux étaient désormais secs ».

En un mot comme en cent, j’ai adoré ce roman qui sans ostentation, mais avec beaucoup d’humanité, parle de la différence, du respect, de la bienveillance : tant de valeurs vilipendées en ce moment.

Le dernier ouvrage de Tom Noti : une douceur dans un monde de brutes, magnifiquement préfacé par Alain Cadéo. Une bien belle famille que celle des Editions « La trace ».

Editeur : La Trace
Date de Parution : 18 Février 2019
Nombre de pages : 162

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.