Chroniques Littéraires

Des Mots de Contrebande – Alain CADEO

Des Mots de Contrebande – Alain CADEO

Il ne me fut pas utile d’ouvrir l’ouvrage d’Alain Cadéo pour savoir que sa lecture serait bien éloignée de mes habitudes.

Le titre déjà “Des Mots de Contrebande” fleurait l’interdit, l’illégalité, le mystère. Le genre “Texte” portait en lui une interrogation. Il n’était question ni de roman, ni de nouvelles. Et puis, il s’adressait directement à moi. Je comptais, en effet, parmi les “inconnus qui…” se trouvaient entre parenthèses. Et je ne parle pas des mots sur le bandeau “Lorsque tu éprouves un vide vaste comme un ravin de schiste gris tout ruisselant de pluie, sors, marche, chantonne, inspire, hume, sens, sois bien droit, caresse du bout des doigts les plantes du chemin, souris aux gosses et aux chiens, va ton chemin…” véritable leçon de vie et d’optimisme.

Il s’agit donc de petits textes faits de dentelles de mots, au parfum de poésie, des petits morceaux d’histoire subtilement tressés, titrés de jolies expressions. Ces histoires se méritent, elles se dégustent, se lisent et se relisent. J’en ai parcouru quelques pages sur un banc face au lac d’Annecy. Je ne m’étais pas trompée, leur beauté était parfaitement assortie. Alain Cadéo est un artiste, un poète, il brode au petit point, assemble les fragments, en fait des phrases dansantes, des parcelles d’amour, des questions de philosophie.

J’ai aimé tellement de passages, que je pourrais tous les citer.

Brins de vie” est l’un d’entre eux :

Si notre vie, ses raisons d’être, ne tiennent qu’à un fil, alors au-moins qu’il soit d’or d’argent ou de platine, chaque brin tressé, heure par heure, avec un véritable amour d’orfèvre.”

Mais il y a aussi “Cadeau” :

“Tout est cadeau, disait ma mère, mais seulement, rajoutait-elle, pour ceux qui n’attendent rien.”

Que ne suis-je encore enseignante pour faire réfléchir mes élèves sur ces pensées emplies de sagesse ?

J’ai apprécié cette belle écriture, à la musique surannée. J’ai apprécié la sensibilité et l’intelligence du propos. J’ai aussi forcément apprécié “… les mots rongeurs, rageurs et tapageurs […] les mots souples et chauds truffés de liserons comme les harpes éoliennes.”

Et si pour la première fois, vous vous en serez peut-être rendu compte, je n’ai pas émis d’avis, je veux parler d’un avis chiffré ou plutôt étoilé, c’est que ces “Mots de contrebande”, hors normes, ne pouvaient entrer dans une grille d’évaluation. Ils sont à part, nimbés d’une beauté à nulle autre pareille.

Ils sont incomparables et sauront ravir les amateurs de plumes élégantes.

Editeur : La Trace
Date de Parution : 24 Novembre 2018
Nombre de Pages : 150

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Donec ut suscipit efficitur. ut venenatis,