Chroniques Littéraires

De la Race des Seigneurs – Alain-Fabien DELON

De la Race des Seigneurs – Alain-Fabien DELON

Avis : ★★★

« La curiosité est un vilain défaut » me serinait-on à l’envi lorsque j’étais jeune.

Il est vrai que j’ai toujours aimé découvrir, comprendre, chercher, savoir. Je n’y voyais pas là matière à reproches, au contraire. Et aujourd’hui, je reste convaincue que j’avais raison car j’ai fini par succomber à la tentation. C’est bien par curiosité, en effet, que j’ai acheté le premier roman d’Alain-Fabien Delon « De la race des seigneurs » et je ne le regrette pas.

De lui, comme tout un chacun, je connaissais ses dispositions de mannequin, ses talents d’acteur mais j’étais vraiment curieuse de voir ce qu’il pouvait donner en qualité d’auteur. Eh bien, je dois l’avouer, il ne s’en tire pas mal du tout. Il n’est pourtant pas facile de gérer ce doute qui forcément s’installe à chaque page : roman ou autobiographie ? Vrai ou faux ? En effet, son personnage – ou plutôt ses – s’appelle Alexandre Delval – A.D., tiens donc ! Forcément aussi, on reconnaît bien cette histoire de fils de… C’est une sorte de psychothérapie qu’il semble entamer là, n’aurait-elle pas eu le même effet sous pseudo ? Mais sans ce nom d’auteur, aurais-je eu le désir de lire cet ouvrage ?

Bon, revenons au roman. Au fur et à mesure de ma lecture, je me surprenais à penser ironiquement « Pauvre petit garçon riche ! », et pourtant j’avais envie de lui donner la main à ce petit Alex, de le prendre dans mes bras, de le consoler de ses chagrins d’enfant délaissé. Son histoire est celle d’un enfant élevé dans l’absence, absence de son père qu’il aime et hait à la fois, ce héros, ce grand arbre à l’ombre duquel le petit ne peut croître. Mais absence aussi de la mère partie vers d’autres aventures et plus préoccupée par ses amours nouvelles que par ce petit bonhomme qui peine à avancer et, adolescent, divague de paradis artificiel en bouteilles d’alcools forts. En somme une histoire de manque, d’alcool, de poudre et de flingues, un appel au secours.

J’ai cependant été séduite par l’écriture nerveuse, vive, saccadée parfois qui donne du rythme au texte. J’ai, par ailleurs, apprécié la construction du récit qui, sous forme de confession, alterne passé et présent et évite l’ennui. Autrement dit, sans qu’il soit, à mes yeux, le roman du siècle ou même de l’année, je l’ai lu avec plaisir.

Monsieur Delon junior a peut-être trouvé là un moyen de se faire un prénom. Pour le savoir, j’attends son deuxième roman, de pure fiction cette fois, j’espère .

Editeur : Stock (collection arpège)
Date de Parution : 6 Février 2019
Nombre de pages : 252

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.