Chroniques Littéraires

Continuer – Laurent MAUVIGNIER

Continuer – Laurent MAUVIGNIER

Avis : Coup de foudre

 

″Continuer″ le dernier roman de Laurent Mauvignier est une véritable plongée dans le cœur d’une mère, dans l’obsession qu’elle a de sauver Manuel, son adolescent de fils, de lui épargner une descente en enfer, celle de la délinquance, de la haine de l’autre, de la tristesse.

En un mot, Sybille souhaite le faire renaître, l’ouvrir aux autres, le rendre heureux.

L’auteur nous emmène à leur suite, à dos de cheval dans les montagnes kirghises, pour une chevauchée fantastique, un véritable western où le cheval le dispute à l’humain. Chevauchée faite d’arrêt, d’étapes, de rencontres nomades. On assiste au combat de cette mère, un combat pour l’amour de son fils, un amour indicible, puissant et unique, un amour prêt à tout et surtout à continuer, continuer pour vivre, revivre et continuer. Continuer à se regarder, se découvrir, s’écouter, se sentir. Surtout, surtout, réussir et ne pas baisser les bras.

L’écriture est superbe, on la dirait calquée sur le pas des chevaux, tantôt calme et tranquille, tantôt plus rapide et souvent même galopante.

Les chapitres sont courts et alternent souvent entre présent et passé. Le rythme est haletant dans lequel se mélangent le roman d’aventure, l’étude sociologique et la recherche psychologique.

J’ai commencé la lecture très lentement, subjuguée par les mots harmonieux, les phrases bien découpées. Et puis, petit à petit, mon pouls s’est accéléré et avec lui mon désir d’avancer, de découvrir, de connaître la suite. Je me suis enfoncée, j’ai perdu toute notion de la réalité, j’ai monté un cheval, parcouru les montagnes, j’ai dormi sous la tente, partagé le koumis, j’ai eu peur, j’ai eu froid, j’ai senti le vent dans mes cheveux et regardé le ciel. J’ai espéré, voulu, craint et finalement souri. Oui, mais si j’ai souri, c’est après avoir avalé cette boule d’angoisse et ces larmes, les larmes d’une mère.

Dire que ″Continuer″, fut un véritable coup de cœur me semble trop faible pour décrire ce que j’ai ressenti pendant cette lecture. Mais que dire ? Que c’est un roman magnifique ? Banal, superbe ? Trop ordinaire, brillant ? Commun. C’est beaucoup plus que ça, c’est un coup de poignard en plein cœur, un espoir d’idéal, une leçon de tolérance, un acte d’amour infini.

Laurent Mauvignier est en lice pour nombre de prix littéraires. Personnellement, je les lui attribuerais bien tous.

Editeur : Minuit
Date de parution : 1er Septembre 2016
Nombre de pages : 240

Cette chronique fut rédigée le 1er octobre 2016, à une époque où mon blog n’existait pas. Je ne l’ai en rien modifiée.

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.