Chroniques Littéraires

La vie secrète du fonctionnaire – Arnaud FRIEDMANN

La vie secrète du fonctionnaire – Arnaud FRIEDMANN

Avis : ★★★

Après avoir terminé le dernier roman de Grégoire Delacourt et avant de me plonger dans un nouvel ouvrage, policier celui-là, j’ai décidé de mettre de l’ordre dans ma vie de lectrice et de lire les trois derniers chapitres – ou plutôt portraits – de ″La vie secrète du fonctionnaire″ d’Arnaud Friedmann. Il est vrai que ce livre a cette qualité de pouvoir être commencé par la fin, posé, repris et finalement fini par le début.

Ex fonctionnaire, ou plutôt retraitée de cette grande maison, j’étais naturellement curieuse de voir à quelle sauce j’allais être mangée.

Je suis rassurée à plus d’un titre. D’abord l’Education nationale n’a pas été traitée, je le regrette un peu, j’aurais tant aimé faire partie du casting, mais au moins, je peux encore rêver. Rassurée ensuite par le contenu des nouvelles, car, loin des critiques habituelles dont font l’objet ces pauvres hères qui ″décidément ne font pas grand-chose″, l’auteur fait preuve d’une immense tendresse à leur égard et de beaucoup d’humour.

Ce que j’ai particulièrement aimé dans cet ouvrage c’est la manière dont Arnaud Friedmann réussit à faire comprendre que derrière chaque ″fonctionnaire″ que l’on épingle parce que le train est arrivé en retard, parce que l’eau de la piscine est trop chaude, trop froide ou trop chlorée, parce que le nombre de PV est inférieur aux objectifs fixés, derrière chacun il y a un homme, une femme, un père, une mère, quelqu’un qui fait de son mieux et parfois plus. Ce que j’ai apprécié aussi c’est cette obligation qui est faite au lecteur de se poser la question : qu’aurais-je fait à sa place ? pris entre la hiérarchie qui impose et l’usager qui réclame, qu’aurais-je fait pour obéir sans perdre mon âme ? qu’aurais-je fait pour mener à bien la mission dont on m’a investie sans obligatoirement renoncer à mes idées ?

Toutes les nouvelles ne sont pas d’égale valeur, certaines m’ont intéressée plus que d’autres, mais j’ai retenu l’empathie d’Arnaud Friedmann. Pas de ressentiment dans ses textes, pas de cavalerie syndicale, pas de revendications brandies, juste un brin d’amertume parfois, un poil de dérision, mais surtout, je l’ai déjà écrit beaucoup de tendresse et de rire.

A lire pour modifier votre regard sur le prochain ″fonctionnaire″ auquel vous aurez affaire.

Editeur : Lattès
Date de parution : 14 Septembre 2016
Nombre de pages : 200

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *