Chroniques Littéraires

Au nom du père – Françoise BOURDIN

Au nom du père – Françoise BOURDIN

AVIS : ★★★

La période de Noël, c’est bien connu, est un moment de bonheur, d’échanges, de douceurs.

C’est la raison pour laquelle, dans le train qui me ramenait à Montpellier le 24 décembre dernier, je me suis plongée dans un roman de Françoise Bourdin, “Au nom du père”.

J’aime, de temps en temps, lire ses romans. Ils agissent sur moi comme un sas de décompression, un moment hors du temps, une parenthèse enchantée. Là, ça faisait très longtemps que ça ne m’était pas arrivé et ça m’a fait un bien fou. Alors, forcément on peut dire qu’ils se ressemblent tous, la composition, l’écriture, l’histoire. Mais l’objectif de l’auteure me semble être le plaisir du lecteur et on peut dire que ça fonctionne.

Dans cet ouvrage on rencontre une famille, en Sologne.

Gabriel Larcher, le père, fut champion automobile. La mère, Albane, femme au foyer apeurée par les courses de son mari ne s’est peut-être pas contentée, comme on pourrait le penser de prime abord, de s’occuper de sa maison. Dan, l’un des fils a suivi les traces de son père mais n’a pas aussi bien réussi et a dû raccrocher sa combinaison suite à un accident. Il dirige désormais un circuit. Valentine, la fille, d’abord passionnée de kart s’est accomplie dans les rallyes où elle “cartonne”. Reste Nicolas, médecin et amoureux de la nature. Je m’en tiendrai là pour ce qui est du pitch.

Les esprits chagrins pourront y dénoncer une écriture simplissime, un parfum d’eau de rose, une “happy end” trop conventionnelle, des personnages trop communs, une fragrance surannée. Pour ce qui me concerne, j’y vois une famille semblable à la plupart avec ses tensions, ses rivalités, ses coups bas. J’y vois des personnages dotés d’une part d’égoïsme, de faiblesses, de côtés sombres mais capables aussi de bons sentiments et de remises en cause. J’y vois un lieu que j’aime, la Sologne. Françoise Bourdin se plaît à la décrire dans ses moindres recoins. On se balade alors dans des forêts enneigées, des sous-bois à l’odeur de feuilles mortes, des printemps plus souriants malgré des ciels changeants.

Rien d’ostentatoire, rien de hautement intellectuel, juste un petit quelque chose de limpide, une musique douce, presque un conte au parfum boisé qui procure un vrai moment de plaisir.

Après tout n’est-ce pas ce qu’on demande aussi à un roman ?

Editeur : Belfond
Date de parution : 17 Septembre 2015
Nombre de pages : 308

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



2 thoughts on “Au nom du père – Françoise BOURDIN”

    • Merci ! Je suis pour tout ce qui permet de lire et n’ai aucun snobisme à ce sujet. J’ai bien aimé, le temps d’un voyage, retrouver cette auteure que je ne lis pas souvent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


tristique libero commodo luctus elit. Curabitur at felis ut