Chroniques Littéraires

La mélodie des jours – Lorraine FOUCHET

La mélodie des jours – Lorraine FOUCHET

Avis : ★★★

Offert par une amie sur le coin d’une table de restaurant “La mélodie des jours” de Lorraine Fouchet m’a ravie.

Il raconte l’histoire de Lucie, maman célibataire d’une petite Léa de onze ans. Elles viennent d’arriver en Provence et ne connaissent personne. Lucie s’inscrit sur un site “Le site des voisins” où, sous pseudo, chacun peut dialoguer avec l’autre, lui donner des conseils, le soutenir. Alors, forcément, lorsque Lucie apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein…

On pourrait dire que ce roman suinte l’eau de rose,

que dans la vraie vie les gens ne sont pas aussi solidaires, empathiques, généreux. On pourrait penser qu’il est un peu sirupeux, doucereux, trop sucré. Ce serait le réduire à ce qu’il n’est pas seulement. Certes, il est doux et plein de bons sentiments mais justement il est pareil à un pansement. Il fait un bien fou et personnellement j’en suis ressortie rassérénée. Voilà, c’est un feel good book qui donne confiance dans l’autre.

Mais il n’est pas que ça et derrière la grandeur d’âme de chaque personnage se cache des fêlures, des douleurs et des regrets. Chacun a eu son lot de malheurs dont il s’est sorti tant bien que mal. La romancière aborde aussi, subrepticement des thèmes importants. La maladie, qu’elle soit physique ou d’ordre mental, y est vue sans fard mais sans pessimisme. J’y ai trouvé, donnés de manière très discrète, des conseils sur la prévention médicale, le ravage des non-dits et l’intérêt de tout expliquer, même aux enfants. Elle mêle très intelligemment des protagonistes de cultures et origines différentes, de diverses générations. Lorraine Fouchet nous donne à lire l’humanité dans toute sa beauté. Son écriture est d’une grande simplicité mais elle est chaleureuse, bienveillante, joyeuse.

J’ai commencé ce livre et ne me suis pas arrêtée, entraînée vers la fin inexorablement, une happy end, il ne pouvait pas en être autrement. Mais après tout, pourquoi pas ? Happy end, certes, mais malgré tout empreinte de lucidité. Tout le monde ne peut gagner : “Le destin est comme un pécheur qui lance son filet en haute mer. Certains sont pris dans la nasse, d’autres passent à travers les mailles du filet, ils sont libérés, par leurs ravisseurs, ils survivent au crash, ils émergent des tôles froissées, les médecins et les chirurgiens les sauvent. Michèle H., Nicole V., Didier B., m’ont sortie du filet et rejetée à la mer. Je file vers les eaux calmes, je l’ai échappé belle.”

Merci à mon amie, c’était un beau cadeau, pourvoyeur d’optimisme.

Editeur : J’ai lu
Date de parution : 8 Février 2012
Nombre de pages : 382

Précédemment paru chez Robert Laffont le 1er Janvier 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


sem, Aenean consequat. ut odio sed nec facilisis quis consectetur