Chroniques Littéraires

Maestro – Cécile BALAVOINE

Maestro – Cécile BALAVOINE

AVIS : Coup de foudre

Se peut-il qu’un coup de foudre – Love at FIRST sight, disent d’ailleurs les Anglais – naisse à retardement ? C’est en tous les cas ce qui m’est arrivé lors de la lecture du premier roman de Cécile Balavoine, « Maestro ». A la page 18 très exactement, mon cœur a commencé à battre la chamade, mon corps à frissonner, ma tête à s’envoler. Oui, c’est vraiment au moment où Cécile, journaliste a appelé le « Maestro » pour une interview téléphonique, au moment où, comme elle, j’ai commencé à l’entendre que j’ai compris. J’ai compris que ce livre serait important, qu’il allait m’emporter, m’embarquer dans une aventure hors du commun.
Car ce récit, qui raconte l’histoire d’une jeune femme, tombée sous le charme de Mozart, et plus encore, lorsqu’elle avait neuf ans, et qui, devenue adulte et journaliste continue de vénérer ce fabuleux musicien, aurait pu être une banale histoire d’amour. Il aurait pu être un catalogue répertoriant les qualités de l’artiste, la liste de ses œuvres ou ses meilleurs interprètes. Il n’en est rien.
Ce roman frise, à mes yeux, la perfection : Pas un seul temps mort, pas un passage qui n’ait sa juste place, pas un mot qui ne soit mal choisi. L’écriture est magistrale et traduit à merveille les ressentis de Cécile, amoureuse d’un mort depuis son plus jeune âge et qui le retrouve dans la voix d’un autre. Cette voix, elle la décrit si bien qu’elle sort du livre pour arriver à mes oreilles. Le « Maestro » m’enveloppe aussi qui exsude la fragilité des grands, une difficulté à vivre l’ordinaire et la crainte présente face à un sentiment d’une force peu commune :

« J’ai peur, Cécile. J’ai peur de ne plus pouvoir me passer de vous. J’ai l’impression que tout s’effondre. Vivre avec vous est impossible, vivre sans vous l’est tout autant. »

Non, ce n’est vraiment pas une histoire d’amour banale mais un concentré de passion sublimée, de beauté intérieure, de gestes magnifiés par des expressions subtilement entrelacées où la musicalité des phrases fait écho à celle des morceaux du Maître glorifié. Cet ouvrage je ne l’ai pas lu, je l’ai écouté, entendu, respiré, vécu. Et puis, il y a les scènes d’amour magnifiquement dessinées, empreintes d’une flamme indicible, vécues jusqu’à l’infini. Les moments où les corps se rencontrent sont tout à la fois abreuvés de ravissement, de délectation, mais aussi nimbés d’une immense pudeur. Tout est beau, aérien, voluptueux.

J’avoue avoir été touchée au-delà de toute raison par cette lecture et reste coite devant tant de talent. J’aurais même envie de distribuer un bon point supplémentaire pour la partie « remerciements ». Je l’ai lue avec un immense plaisir tant elle était recherchée et formidablement rédigée. Trouver par ailleurs un nom ami parmi les personnes citées fut un véritable bonheur.

En un mot, comme en cent, cette découverte est, je l’ai dit, un coup de foudre. L’impact en a été magique et le tonnerre résonne encore.

Editeur : Mercure de France
Date de parution : 6 Avril 2017
Nombre de pages : 224

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *