Chroniques Littéraires

La femme qui fuit – Anaïs BARBEAU-LAVALETTE

La femme qui fuit – Anaïs BARBEAU-LAVALETTE

Avis : ★★★★

C’est par l’intermédiaire du site communautaire de lecteurs, Libfly, que j’ai pu lire, il y a quelque temps maintenant  « La femme qui fuit » d’Anaïs BARBEAU-LAVALETTE. Je remercie très sincèrement Libfly.com ainsi que la maison d’édition Marchand de feuilles pour cette magnifique découverte.

L’auteure n’a pas connu sa grand-mère maternelle,

qui a abandonné ses deux enfants – dont sa mère – très tôt. Mais de cette inconnue, Anaïs va faire une héroïne de roman. Sans que l’on puisse vraiment démêler le vrai du faux, ses recherches lui permettent de se confronter à une femme hors du commun. En effet, cette dernière a côtoyé les signataires du refus global qui remet en question l’immobilisme de la société québécoise et a été la conjointe du peintre Marcel Barbeau. Elle a choisi de vivre sa vie telle qu’elle le désirait malgré les conséquences.

J’ai beaucoup aimé ce roman brillant,

l’écriture particulière, les phrases courtes, saccadées parfois, telle une respiration difficile. J’ai aimé aussi l’empathie de l’auteur pour son personnage, son absence de jugement, la progression dans son désir de comprendre. J’ai aimé ce récit empli de sensibilité, fort, généreux qui transforme le manque en pardon.

Le livre refermé, il me reste une petite musique dans la tête, une petite douleur dans le cœur et de belles images dans les yeux. C’est bon signe ! (C’est ce que j’écrivais le 25 Février 2016).

Il y a maintenant un an et demi, donc,  que j’ai terminé ce récit et je n’ai rien oublié.

Le livre est désormais paru en format poche.

Editeur : Marchand de feuilles
Date de parution : 9 septembre 2015
Nombre de pages : 378

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *