Chroniques Littéraires

Les Boutons de Jéricho – Annick BOISSET

Les Boutons de Jéricho – Annick BOISSET

Avis :  ★★ 

C’est l’auteure elle-même, Annick Boisset, qui m’a proposé la lecture de son premier roman “Les boutons de Jéricho”,

et sa maison d’édition, Rémanence, qui me l’a adressé, je les remercie sincèrement toutes les deux.

Pour tout dire, et en fonction de mes critères de choix, ce livre aurait très bien pu m’attirer sur un étal de librairie. J’aime beaucoup le titre, mystérieux et suranné et tout autant la couverture, un superbe portrait dans les tons ocres.

Ce roman, donc, raconte la vie, quelque peu mouvementée d’une famille.

Il y a d’abord Sam, marié à Victoire. Il est le type même, apparemment, du bon mari et du bon père. Il fait aussi la fierté de Laurène, sa sœur, pétrie d’admiration pour ce frère modèle. Mais, comme souvent, toute médaille a son revers et, lorsqu’un jour ces deux femmes prennent conscience que l’homme de leur vie n’est pas vraiment celui qu’il prétend être, leurs illusions s’effondrent.

Dans cet ouvrage choral, l’auteure a choisi de traiter de sujets de société, naturellement dignes d’intérêt. Elle ne se contente pas de nous parler de l’homosexualité, mais aborde aussi l’homoparentalité. Laurène est mariée à Nassima et mère… “de leurs deux enfants : Thimothée… et Romuald… Nés six mois plus tôt d’une insémination artificielle en Belgique, enfants Thalys…” Elle interroge aussi sur la place de l’infidélité dans le couple, la douleur et le pardon.

Ainsi, nous passons d’une voix à l’autre, d’une famille à l’autre, d’un personnage à l’autre.

Si les thèmes étudiés ont, comme je l’ai déjà dit, un certain intérêt, je n’ai pu complètement adhérer aux personnages. Sam m’a semblé trop veule, lâche, Victoire, un tant soit peu écervelée et le couple Laurène/Nassima sans réelle saveur. Seule Souad qui “Avec pour seul diplôme le brevet des collèges ⌈…⌋ avait durant près de cinq ans travaillé à la blanchisserie… Tous les matins à cinq heures ⌈…⌋ prenait son vélo et parcourait les dix-sept kilomètres…”  et qui améliore ses fins de mois en se prostituant a su me toucher.

Je n’ai pas davantage été complètement convaincue par l’écriture, certes légère, fluide et facile d’accès mais sans grande originalité. Le vocabulaire, peut-être parce que je ne suis pas utilisatrice d’un certain nombre de mots employés, ne m’a pas toujours séduite non plus.

Je suis déçue de ne pas être plus enthousiaste pour un écrit qui avait tout pour me plaire. Pour autant, et grâce à une fin, très réussie de mon point de vue, je reste persuadée que je serai heureuse de découvrir un deuxième roman de cette romancière.

Editeur : Rémanence
Date de parution : 6 Juin 2017
Nombre de pages : 188

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


dapibus mattis neque. consectetur ut felis sem,