Chroniques Littéraires

Mon aventure avec les « 68 premières fois »

Mon aventure avec les « 68 premières fois »

 

D’abord un peu d’histoire…

Il était une fois en septembre 2015, une blogueuse, Charlotte, du blog : « insatiable charlotte ». Elle eut l’idée de vouloir « s’intéresser de plus près » aux premiers romans français et tenter de les mettre en lumière. Les parutions, cette année-là, étaient au nombre de… 68. Elle décida de tous les lire, aidée par un groupe de 40 lecteurs et blogueurs chargés de les découvrir à leur tour, les chroniquer et les faire passer. J’eus la grande chance d’être admise dans cette équipe de « doux dingues » et je ne l’ai plus quittée. Ainsi est née la grande famille des « 68 premières fois »

Depuis, avant chaque rentrée littéraire de septembre et janvier,

  • Charlotte continue de partir à la rencontre de tous les premiers romans français,  des auteurs, des maisons d’édition ; 
  • Eglantine prépare et gère avec une précision suisse le tableau Excel qui trace les livres voyageurs ;
  • Nicole (blog « motspourmots ») tient le blog à jour et compile les chroniques ;

et toutes les trois, en avant-première, lisent, sélectionnent et  donnent à découvrir et chroniquer aux quelques 60 lecteurs du groupe. Oui, les 10 % d’hommes – grammaticalement – l’emportent encore !

  • Sabine (blog : « le petit carré jaune ») l’appareil photo en bandoulière, apporte sa contribution aux autres opérations : rencontres du Mans et de Paris, les « 68 » en milieu carcéral…

Voyagent ainsi tout au long de l’année des dizaines et des dizaines de livres (600 colis ou plus acheminés pour cette rentrée…). Et, sur la toile, circulent  des chroniques, des échanges, des discussions, des avis, des étoiles, jusqu’au feu d’artifice final, en décembre, avec la rencontre des auteurs… C’est une fête continuelle, fête des livres, des auteurs, des lecteurs qui de virtuels deviennent très vite amis réels et fidèles. 

Mais les 68 premières fois c’est aussi désormais :

  • un blog : https://68premieresfois.wordpress.com/
  • une page Facebook : 68 premières fois
  • un compte twitter @68premieresfois
 

Ce sont encore des retrouvailles, à Paris ou au Mans, d’amis lecteurs venus de : Mulhouse, Strasbourg, Dijon, Paris et sa grande région, Bourg-lès-Valence, Laon, Lyon, Le Mans, Bordeaux. D’autres encore arrivent du Gers,  de Bretagne, de Touraine et d’Anjou, d’Aix-en-Provence, de Montpellier, que sais-je encore… ah ! oui ! même de l’île Maurice…


 

… des rencontres,  des discussions, des échanges avec les auteurs dont nous avons lu, chroniqué, aimé ou… pas, les ouvrages. Et puis de délicieux repas, des bons vins et de franches rigolades.

 

Oui, les « 68 premières fois » , c’est un beau roman, c’est une belle histoire , c’est une romance d’aujourd’hui,i, i…

 

 

Et pour ce qui concerne la Rentrée littéraire de Janvier 2017

17 premiers romans ont été proposés à la lecture. Au regard de mes avis, il est probable que l’on me taxe de « Bon public ». J’assume. Je l’avoue, beaucoup m’ont enthousiasmée .

 

Mon « Coup de Foudre »

Un roman qui raconte une passion amoureuse et musicale où voix et notes se confondent . Une écriture envoûtante.

 

 ★★★★★ = J’ai adoré
 

Nous les passeurs de Marie Barraud : une jeune femme à la recherche de la vie de son grand-père paternel dont personne, jamais ne parle.
Ne parle pas aux inconnus de Sandra Reinflet : un joli parcours initiatique où le désir de transcender sa vie et de parler aux inconnus est omniprésent.
La téméraire de Marine Westphal : quand la fin de vie se dessine, comment accompagner son grand amour dans la dignité.
Marx et la Poupée de Maryam Madjidi : aux confins du journal et de la fable, l’auteur parle de ses racines et de la difficulté à vivre une double culture.

 

 

 ★★★★ = J’ai beaucoup aimé
 

La plume de Virginie Roels : roman de politique fiction, piquant !
Principe de suspension de Vanessa Bamberger : une histoire de couple et de crise sociale. Un bel hommage aux « petits » patrons.
Mon ciel et ma terre d’Aure Atika :  hymne touchant à la gloire d’une mère imparfaite.
Les parapluies d’Erik Sati de Stéphanie Kalfon : découverte d’un musicien écouté mais inconnu dans sa vie quotidienne, et incompris de son vivant.
La Tresse de Laëtitia Colombani : où il est question de trois femmes, de trois vies, de trois continents et de désir de liberté.

 

 

★★★ = J’ai aimé sans plus
 

De la bombe de Clarisse Gorokhoff : Ophélie, jeune Française pose une bombe dans un hôtel d’Istambul… Belle écriture.
Marguerite de Jacky Durand : Un portrait de femme pendant la seconde guerre mondiale.
Elle voulait juste marcher tout droit de Sarah Barukh : quand une petite fille rencontre sa mère pour la première fois… un roman sur la seconde guerre mondiale aussi.
Le Cœur à l’aiguille de Claire Gondot ou l’art d’utiliser les lettres de son amoureux parti au combat pour réaliser sa robe de mariée.
La sonate oubliée de Christiana Moreau : un voyage entre Venise et la Belgique, entre présent et passé, le tout bercé par la musique de Vivaldi.

 

 

★★ = Je n’ai pas trop aimé
 

Presque ensemble de Marjorie Philibert : une exploration du sentiment amoureux à l’épreuve du quotidien.
Outre-Mère de Dominique Costermans : Où une petite fille découvre le côté sombre de son histoire familiale.

                                                                                                                                                                                                                                                
 

Alors maintenant, il ne reste plus qu’à attendre… la rentrée de Septembre 2017 et à repartir à l’aventure !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *